Lévrier Greyhound - Les courses en Inde...


Les foulées du Pendjab

Pendant tout l’hiver, les courses de lévriers animent le Pendjab, en Inde. Ces chiens, achetés à prix d’or et entraînés assidûment, courent pour le prix mais aussi pour le prestige du propriétaire, raconte Outlook.

Une course de lévriers à Hoshiarpur, Pendjab.
Cet hiver, le calendrier des courses de lévriers dans la campagne pendjabie est chargé. Ce sport ne cesse de gagner en popularité depuis une quinzaine d’années. Une popularité qui s’explique aussi par l’interdiction de la chasse : les fusils des shikari – les chasseurs – étant réduits au silence, il faut bien occuper les chiens, élevés avec tant de passion. Quelque 500 courses de lévriers ont lieu chaque année au Pendjab, et l’engouement va grandissant à chaque nouvelle saison. Le montant du prix dévolu au vainqueur – de 200 à 1 600 euros, selon l’importance de la course – continue d’augmenter. L’événement se déroule dans une ambiance de carnaval, chacun dans le village apportant sa contribution sous forme d’argent pour le prix mais aussi de pakoda [beignets de pomme de terre], de chai [thé épicé] et de repas copieux. Mais c’est une fête réservée aux hommes – même si, sur la piste, des chiennes peuvent courir aussi.

Paramjit Singh Hundal est le type même du Pendjabi résidant à l’étranger. Pour rien au monde ce propriétaire d’une florissante entreprise textile en Allemagne ne manquerait un séjour dans son village natal de Kotli Raiyyan, dans le district de Hoshiarpur, durant les mois d’hiver. Outre la bonne chère et l’atmosphère bon enfant, ce qui attire Hundal, c’est surtout la course de lévriers qu’il organise ici annuellement en mémoire de son père. “En 1947, quand nous avons fui le Pakistan pour nous installer en Inde, nous avons laissé derrière nous tous nos biens à l’exception de nos chiens. Mon père leur était si attaché qu’il ne pouvait s’en séparer. Aussi, à sa mort, ai-je décidé de mettre sur pied cette compétition, en hommage à sa passion”, nous confie-t-il entre deux courses. A la fin de la compétition, Hundal est d’excellente humeur : son champion, Atom, une bête puissante tout en muscles, importée d’Allemagne pour 2 000 euros, a remporté la course !

D’autres propriétaires de chiens sont plus motivés par l’argent. Deepinder Singh Rikhi, originaire de Jalandhar, est chauffeur routier aux Etats-Unis. “Chaque année, je fais venir des Etats-Unis quatre ou cinq champions pour les revendre ici”, indique-t-il. Un lévrier doté d’un bon pedigree se vend entre 300 000 et 400 000 roupies (de 5 000 à 6 500 euros). Et, dès sa première victoire, ses chiots sont très recherchés. Pour Deepinder et nombre d’exilés comme lui, l’importation des chiens finance leurs vacances d’hiver au Pendjab. Comme ces hommes d’affaires participent également avec ferveur aux compétitions, on compte de nombreux Indiens de l’étranger dans ce négoce. “Chaque année, une cinquantaine de chiens sont importés au Pendjab de pays comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada et l’Allemagne”, rapporte Sukhbir Singh, un passionné. Leurs propriétaires les choient comme s’ils étaient leurs propres enfants, leur offrant un régime hyperprotéique quotidien qui comprend généralement 1 kilo de viande, 200 grammes de nourriture pour chiens de qualité supérieure, une livre de lait caillé et quatre œufs.

En compétition, les lévriers courent après un leurre attaché au bout d’un câble, sur la piste longue de 100 mètres. Ils poursuivent leur proie, grinçant des dents et tirant sur la laisse. Alors qu’ils galopent, le câble s’enroule autour d’un treuil, amenant rapidement le leurre jusqu’à la ligne d’arrivée, avec les concurrents à ses trousses. On frôle souvent le drame, les deux coureurs (ils ne sont que deux à concourir à la fois) se jetant à la gorge l’un de l’autre, tant est grande leur déception de ne pas avoir attrapé leur gibier. L’année dernière, l’un des chiens de Hundal est mort d’épuisement à l’entraînement, à cause d’un lièvre particulièrement rapide.

Que font les animaux le reste de l’année, une fois la saison des courses terminées ? Ils s’entraînent, tout simplement, à courir toujours plus vite. L’entraînement a généralement lieu après la récolte, quand les rizières sont en jachère, ou sur un terrain découvert. “On les fait courir après des lièvres vivants dans la campagne”, explique Sukhdeep Singh Bajwa, un paysan qui a été garde forestier à Gurdaspur. “A la fin de chaque séance, les chiens et les entraîneurs se partagent le malheureux lièvre.”

Source
© Droits réservés

Lévrier Galgo - Pétition : "Le droit de tout citoyen européen...



...de voir la Convention Européenne de Protection Animale appliquée, respectée, renforcée dans tous les pays membres"


Article
2.LES GALGOS, SYMBOLE DE MALTRAITANCE ANIMALE EN EUROPE



LE POIDS DES TRADITIONS ET L'HABITUDE DE LA TORTURE


Les Galgos sont devenus pour beaucoup d'Européens le symbole de la torture animale en toute impunité et du manquement grave d'un gouvernement au respect des lois de protection animale. Entre 50.000 et 60.000 galgos selon les associations de protection espagnoles naissent et meurent sans contrôle, assassinés dans d'atroces supplices chaque année. Le système des communautés autonomes espagnoles entretient l'impunité. Pire, le nombre de galgos suppliciés augmente d'année en année, comme s'aggrave la nature des tortures qu'ils subissent.




Des milliers de citoyens européens viennent sur les blogs de protection des galgos exprimer leur écoeurement et leur incompréhension devant des tortures infligées aux lévriers espagnols après la chasse, certains subissent de véritables traumatismes psychologiques.



L'Espagne des Galgos au quotidien, blog de Marie-Hélène VERDIER, Trésorière GALGOS ETHIQUE EUROPE :

http://agir-pour-les-galgos
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29494496.html
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31674414.html
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32537395.html
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32178709.html
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31464186.html
http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29232057.html

Les associations et les médias parlent de TRAFIC et de MAFIA. Les NGOS espagnoles clament haut et fort que le système des communautés autonomes favorise le silence et la complicité. Un article récent décrit le monde souterrain de la chasse en Espagne et ses implications avec les hautes sphères politiques et économiques :

http://www.expansion.com/2009/04/21/empresas/1240350215.html


Le droit de tout citoyen européen de voir  la Convention Européenne de Protection Animale appliquée, respectée, renforcée dans tous les pays membres

Lévrier Galgo - Littérature...

Los ahorcaban en el bosque. Apenas había ramas para tantos perros ahorcados. De un pino colgaban tres. Era normal. Tan normal como el trigo creciendo en los campos y la lluvia cayendo del cielo. Ahorcaban a los galgos cuando ya no servían para correr. No servían. No servían. Y los niños íabmos corriendo a todas partes, corriendo muchísimo, como si tuviéramos cuatros patas, hasta que se nos paraba el corazón, y todo por miedo a que también nos colgaran. Igual que a los galgos. Nadie quería llegar el último. Teníamos que correr muchísimo. Muchísimo. Muchísimo. ¡A por el pan, a por el agua, a por la el che! Corriendo, siempre corriendo. Y a veces los hombres dejaban la soga tan cerca del suelo que los perros tardaban días enteros en morir, y por las noches lloraban, lloraban y lloraban. Y los niños teníamos pesadillas horribles. Y en las pesadillas nos sangraban los pies. Y al día siguiente no teníamos ganas de jugar, no. Hubo muchos días en los que no se escuchó reír a un solo niño. Pobres perros.

Los colgaban cerca del suelo a propósito. A propósito. Y los hombres merendaban y bebían y se retorcían de risalrededor de los perros mientras los perros se morían. En aquel pueblo les retorcían el cuello a los gatos, pegaban a las mujeres y ahorcaban a los galgos, pero mi padre ahorcaba a todos los perros. Galgos o no. Mi padre mató a más de cien perros preciosos. Mi padre no quería a los animales. Decíaque un perro me chupó los muslos. Yo tenía tres años y decía quel perro me chupó los muslos. Fue el primer perro que mató. Mi padre me quería tanto que me regalaba perros cuando me poníatriste, y después siempre los mataba, me regalaba perros y los mataba, me regalaba perros y los mataba, cuando se hacían grandes los mataba, y volvía a regalarme otro, y luego lo mataba. Decía que me chupaban los muslos. Me chupaban los muslos. Mi padre era muy celoso y no le gustaban los animales...

Lévrier Galgo - Action GEE / BDL - Sensibilisation à Bonsecours près de ROUEN.

Le 28 mars 2010 la municipalité de Bonsecours (76) qui a été émue par le sort des Galgos et des Podencos en Espagne mettra à disposition un stand dans le cadre du marché fermier qui animera la journée à l'occasion des "Foulées de Bonsecours".

Galgos Ethique Europe et le Bulletin Des Lévriers s'associent à Véronique AUDEJEAN déléguée GEE et pratiquante de Canicross, pour acueillir sur place les adoptants de Galgos et de Podencos de la région de Rouen et autres sympathisants d'ici et d'ailleurs qui voudront les accompagner au long de la journée pour faire connaître au public présent sur place le calvaire dont les Lévriers sont victimes dans leur pays d'origine.

Si vous avez la chance de partager votre vie avec un Galgo ou un Podenco rescapé de la chasse en Espagne et que vous souhaitez dénoncer avec nous leur calvaire, profitez de cette journée REJOIGNEZ-NOUS le 28 mars prochain .

Une collecte de matériel pour les refuges sera également organisée sur place, vous pouvez venir nous déposer couvertures, paniers, laisses, colliers, médicaments vénérinaires (liste sur demande à véro), pulls chauds pour les bénévoles en Espagne, etc...


Renseignements : vero.audejean@wanadoo.fr ou 06.08.37.26.97.




(Merci Véronique - Ensemble pour les Galgos !!!!!!;-)

Lévrier Galgo - Un petit mot de Jeba la douce



Jeba est chez elle depuis 3 semaines, notre petit coeur d'Or s'est installée comme une fleur chez Isabelle, a conquit son mari par quelques battements de cils et mis les enfants dans sa poche sans aucune difficulté. Elle vit avec Aslan son copain Léonberg, 4 chats et 2 chevaux (bientôt 3 !!!).

Une magnifique famille pour notre Princesse, vous ne croyez pas ? Merci Isa de lui avoir offert la chaleur d'un foyer.

-

Lévrier Galgo - L’esprit n’est point ému de ce qu’il ne croit pas...

Deux mois de pluies torrentielles et un hiver glacial viennent de s'abattre sur toute l'Espagne laissant derrière lui des dizaines de refuges dévastés et le terrain d'Antonio à Martos totalement impraticable... Les travaux de constuction des premiers chenils ont donc été retardés à cause des intempéries. En attendant des jours plus propices Antonio a mis à l'abri, avec les autres donations collectées via "Agir pour les Galgos", les 100 € que le Bulletin lui a fait parvenir au tout début février, en espérant pouvoir commencer au plus vite la construction des premiers box du refuge de Martos.

Février nous a apporté son lot de cas tous plus désepérés les uns que les autres, à commencer par Kunta-Kinté un pauvre Galgo d'une maigreur effroyable qui pour comble e malheur a été accidenté à Séville. C'est notre amie Béatriz qui l'a pris en charge et s'est occupé de lui faire administrer les premiers soins.

Dans un état très préoccupant, Kunta avait beaucoup de mal à se tenir sur ses pattes et souffrait beaucoup, les analyses ont révélées la présence dans son organisme d'un parasite transmis par les tiques cause de son arthrite avancée, il est heureusement négatif à la Leishmaniose et sous traitement depuis une vingtaine de jours pour sa pathologie, il va de mieux en mieux chaque jours et nous avons tous hâte de le voir se remettre car une famille l'attend en Bretagne, son adoptante se nomme Béatrice (celle qui apporte le bonheur)... Un magnifique prénom honoré en février et qui, semble t-il, lui aura porté chance...

200 € ont déjà été envoyés à Beatriz pour l'aider à régler les frais vétérinaires nécessaire pour soigner Kunta-Kinté.

Egalement basée à Séville l'équipe de bénévoles de l'association Gran Familia a lancé un appel sur Internet afin de pouvoir trouver des fonds et stériliser leurs mâles adultes avant l'arrivée du Printemps...



"Le Printemps approche et les hormones de nos chers petits entrent en révolution !!!! Nous lançons donc cette campagne afin de prévenir les problèmes de portées non désirées et pour faciliter leur adoption."

Le Bulletin a décidé de parrainer les stérilisations de 3 "machos"... et a adressé un don de 240 € à cet effet à l'association Granfamilia. Stériliser un mâle, c'est sauver des dizaines de vie de misère, c'est primordiale dans le contexte que nous connaissons dans les refuges Espagnols...


Et voilà... 3 petit mecs...
qui ne feront pas de bébés en Espagne !


Merci aux donateurs qui nous soutiennent
sans qui aucune de ces actions ne serait possible :

VOS SOUS SERVENT VRAIMENT A QUELQUECHOSE !!!

Nous aurons bientôt des nouvelles de Gordo, Cholo et Julio, ils seront stérilisés un par un afin de bien surveiller leur convalescence... et qui sait... peut-être pourrons-nous aller plus loin et leur permettre de venir vivre en France...

**********

La petite Cee est arrivée en France en février, elle est en accueil en région parisienne et fait de gros progès, c'est une toute petite Galga très traumatisée, nous avons besoin d'une famille ayant de l'expérience avec le caractère réservé des Lévriers qui pourra lui offrir une vie calme et lui faire retrouver la confiance qu'elle a perdue envers les humains.

Quant à notre petit Boy, il se nomme à présent Amadeus et a rejoint une super famille près de Strasbourg, la plaque posée dans sa patte est sous surveillance vétérinaire, tout se passe bien de ce côté-là, il pousse, joue, mange et ne se soucie plus savoir de quoi demain sera fait ...


La blanche Béla profite aussi de la belle vie que lui offre sa famille, avoir pu préserver son innocence de chiot est un vrai GRAND bonheur !

video

Grâce à votre aide en février, nous avons pu augmenter le montant alloué à nos partenaires Espagnols pour la prise en charge de chacun de nos protégés, ce sont 200 € par Lévrier qui ont pu leur être donnés au lieu des 170 € habituels, ce n'est souvent pas assez pour couvrir les frais qu'ils ont engagés pour leur préparation vétérinaire et administrative et chaque fois que nous pouvons donner un petit plus nous le faisons sans hésiter.

Notre motivation c'est leur bonheur, notre moteur c'est VOUS ! Ginette, Josette, Claire, Bernadette, Michèle, Laurence, Isabelle, Nicole, Valérie, France, Christine, Joëlle, Ingrid, Xavier, Christelle, Maryse, Martine, Denise, Lucienne, Anne, Marc, Patricia, Annette, Danièle, Saskia, Françoise, Anny, Angélique, Chantal, Juliette, Moira, Anne-Marie, Solange, Muriam, Marie-Paule, Franck, Caroline, Evelyne, René, Laurent, Daniel, Karin, Emmanuelle, Armelle, Cathy, Paquette, Madeleine, Agnès, Erkens, Jean-LKuc, Virginie, Claudine, Corinne... Toute l'équipe du Bulletin Des Lévriers vous REMERCIE.

Lévrier Galgo- Les SOS se suivent... et se ressemblent...




A peine l'appel pour Resu fermé sommes-nous obligés de relancer un nouvel appel pour un autre Lévrier en détresse...
GOKU a besoin d'être pris en charge au niveau médical car il est criblé de morsures et autres plaies, il va falloir faire pratiquer ses tests sanguins et vaccinations et prévoir sa stérilisation : une préparation complète en vue d'une future adoption dès qu'il aura repris confiance car il était totalement paniqué quand il a été récupéré dans la campagne Barcelonnaise.

Que faisait-il là ? Ce n'est pas une province de chasse mais plusieurs Galgos ont déjà été secourus par Mo dans la région...
Une fois de plus...un Galgo a besoin de vous... Vous pouvez nous adressez vos dons pour GOKU, toutes les informations (coordonnées bancaires, lien Paypal, formulaire de don, etc.) sont disponible en cliquant ICI.

Nous avons réceptionnés, entre autres, 2 SOS pour des cas graves (une Galga aveugle, accidentée et une autre Galga couverte de morsures qui se laissait mourir devant une école..), Que dois-je faire ??? Je n'ose même pas vous les publier... Il y a aussi une Galga nommé Nena qui va être euthanasiée à Hellin le 31 mars... comme des dizaines d'autres à travers le pays...

AIDEZ-NOUS...
Merci...
-

Lévrier Podenco - De bonnes nouvelles de RESU ! Appel aux donx FERMÉ -


Ce matin les nouvelles de RESU sont bonnes, Nieves dit que c'est un petit miracle après qu'elle se soit inquiété autant pour sa protégée, la première étape de sa convalescence prend le bon chemin, ce n'était pourtant pas gagné quand la semaine dernière le verdict du vétérinaire est tombé : Resu était en cours de gestation, l'échographie montrait beaucoup de chiots pour la plupart déjà morts qui mettant en danger la vie de la mère très affaiblie elle-même...

Resu a donc été opérée en urgence en fin de semaine , elle a fait 3 arrêts cardiaques pendant l'intervention mais le désir de vivre à gardé le dessus et après 4 jours préoccupants, elle va bien.

Le Bulletin a pu adresser un don de 200 € collectés via à l'appel pour Resu, merci à vous tous, c'est aussi grâce à vous qu'elle a eu la vie sauve !!!

Resu fait de petites promenades dans le jardin de la clinique, elle mange bien et chut, faut pas le dire : elle commence à faire la chipie et préfère déjà les petits plats préparés par Nieves aux "vulgaires" croquettes pour chien, non mais !!!
-

Lévrier Galgo - A signer et faire circuler avant le 30 avril 2010


PÉTITION À L’ATTENTION DU GOUVERNEMENT ESPAGNOL


Vous trouverez ci-dessous le texte d’une pétition initiée par Greyhounds in Need (GIN - Anne Finch's Charity against atrocities in Spain inflicted on Greyhounds) et adressée au gouvernement espagnol. Il est tout particulièrement important d’attirer l’attention sur cette terrible cruauté à l'heure où l'Espagne assume la présidence du Conseil de l'Union européenne.

À l’heure actuelle, les traités qui forment la Communauté européenne ne couvrent pas le bien-être des animaux et une législation à l’échelle de toute l’Europe est donc impossible ; seul le gouvernement espagnol peut légiférer en vue de mettre un terme au traitement barbare des Lévriers en Espagne.

Merci de bien vouloir signer cette pétition avant le 30 avril 2010 de sorte à ce que nous puissions montrer l’ampleur de l’inquiétude du public européen à ce sujet.

Merci.


Greyhounds in Need
33 High Street
Wraysbury - Middlesex TW19 5DA (Royaume-Uni)

E-mail: info@greyhoundsinneed.co.uk



Pour signer la pétition, cliquez ICI.



………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
À l’attention de : Don Jose Luis Rodriguez Zapatero, Presidente del Gobierno de Espana.

Nous, les soussignés, adressons la présente pétition au gouvernement espagnol pendant sa présidence du Conseil de l’Union européenne. Cette pétition est parrainée par Greyhounds in Need, une organisation caritative enregistrée en Angleterre qui se consacre au sauvetage, et au placement des Galgos Español, les Lévriers natifs d’Espagne qui sont utilisés pour la chasse dans ce pays.

C’est un fait connu de tous en Espagne et à l’étranger que ces chiens sont régulièrement abandonnés ou tués par leurs propriétaires à la fin de la saison de chasse. Les méthodes employées afin d'éliminer ces animaux sont parfois extrêmement inhumaines et comprennent notamment la pendaison ; elles sont souvent accompagnées de mutilation, y compris du marquage au fer et autres formes de préjudices corporels. Nombre de Galgos sont tout simplement abandonnés après avoir souffert de négligences ou ont été mutilés, de toute évidence afin de masquer leur identité. Les groupes de bien-être animalier espagnols qui ont signé cette pétition disposent de suffisamment de preuves récentes de la poursuite sans relâche de ces pratiques barbares. En Espagne, les personnes qui se sentent concernées par ce problème estiment que plus de 50.000 Galgos sont tués ou abandonnés chaque année.

Preuve de l’étendue du problème, nous tenons à vous informer qu’à elle seule, l’organisation Greyhounds in Need dépense quelque 130 000 euros par an dans le cadre de ses travaux en Espagne et dans le domaine du relogement dans d'autres pays, ne s'occupant que d'une petite proportion des Galgos abandonnés. À cette somme viennent s’ajouter les dépenses considérables engagées par nombre de groupes de relogement au Royaume-Uni et dans d’autres pays d'Europe, outre les refuges espagnols qui aident à exporter les Galgos.

Nous appelons le gouvernement espagnol, pendant son mandat à la présidence de l’Union européenne, à promulguer et faire appliquer une législation humaine visant à protéger les Galgos d’Espagne de tels traitements barbares. Ceci permettrait de rendre sa véritable position à l’Espagne aux côtés des autres nations européennes, si le pays accordait des normes de protection rigoureuses à ses animaux. Cela permettrait également d’ôter aux organisations caritatives étrangères le fardeau qu’elles portent en raison de ce manque de protection.

Cet appel est soutenu par nombre d'organisations et citoyens espagnols qui souhaitent vivement voir leur grande nation accorder le respect et faire preuve d’humanité vis-à-vis de ces créatures qui souffrent.


Anne, you are always in my heart.

Lévrier Galgo - 50.000 ? Bien en dessous de la vérité !

Un chiffre énorme et qui, même s'il n'est pas officiel, n'en demeure pas moins un chiffre référence en Espagne.

Bien sûr impossible de les répertorier réellement puisque d'une part pour cela il faudrait que chaque refuge espagnol tienne un registre mais un registre qui ne servirait à rien quand on sait que la plupart des Galgos finissent en perrera où là aucun registre (et ce malgré la loi qui devrait les y obliger) n'est tenu concernant les entrées et sorties des Galgos dans la plupart des cas euthanasiés.
Vous ajoutez à ça un nombre encore important de Galgos qui finiront écrasés sur la route, jetés dans un puit, morts dans un fourré à l'abri des regards, pendus et dépendus dans la plus grande discrétion, ceux jetés dans une benne à ordure, etc.

Je rappelle quand même que devant le chiffre énorme de 300.000 animaux de compagnie euthanasiés chaque année dans les perreras nous avons le chiffre officiel de 300.000 autres qui eux mourront écrasés sur les routes. 600.000 animaux de compagnie meurent de manière violente et barbare chaque année en Espagne. Combien de Galgos écrasés sur les routes?

50.000 .... 60.000 ... c'est le chiffre avancé par certaines associations espagnoles mais également par la FAPAM.

La présidente de la FAPA, Matilde Cubillo, a lancé un défi aux galgueros de la Federacion Espanola de Galgos qui se gargarisent en prétendant traiter leurs Galgos comme des princes : prendre au hasard 15 galgueros fédérés et leur demander sur le champ de la mener là où sont "logés" leurs Galgos. Ils ont toujours refusé et pourtant ce serait si facile et surtout très bénéfique pour eux de prouver "in visu" qu'il n'y a pas de maltraitance généralisée sur ces Lévriers, seulement voilà... Il n'y a rien à faire voir mais beaucoup à cacher.

50.000 à 60.000 un chiffre vite atteint selon une adhérente d'un association importante d'Espagne et qui me dira :

" A las autoridades no les interesa hacer estadisticas de este tipo, pero se estima a partir de un sondeo que hizo la Federacion de Asociaciones de Proteccion Animal entre protectoras que recogen Galgos (conocemos muchas en varias provincias que recogen 200-300 Galgos cada año) y perreras que hay casi una en cada pueblo de la España galguera que recogen muchas veces con su servicio de basuras gran numero de Galgos cada año para ser sacrificados inmediatamente. Si tienes en cuenta que hay 250.000 galgueros federados y cada uno tiene entre 1 y 15 Galgos y que a muchos los hacen criar cada año puedes imaginar que esta cifra puede incluso quedarse corta pues hay miles de Galgos que son abandonados y mueren en el campo o carreteras sin aparecer en ninguna estadistica".

Les autorités ne sont pas interessées à faire des statistiques de ce type mais le chiffre de 50.000 est sorti à partir d'un sondage effectué par la Federacion de Associaciones de Proteccion Animal auprès des refuges qui recueillent des galgos et des perreras sachant qu'il y en a pratiquement dans chaque ville et village de l'Espagne galguera et qu'elles recueillent beaucoup de Galgos avec leur service de traitement des ordures, Galgos qui seront sacrifiés immédiatement." Certains refuges dans certains secteurs recueillent jusqu'à 200 à 300 Galgos dans l'année. Il faut également tenir compte du fait qu'il y a quelques 250.000 galgueros fédérés et que chacun a entre 1 et 15 Galgos et qui en dehors de la période de chasse serviront à la reproduction."


Quand on sait que ces galgueros fédérés ne garderont pas leurs Galgos au delà de 2 à 3 ans et si l'on considère que le sondage ne tenait pas compte de tous ceux qui meurent dans l'anonymat le plus complet alors on ne peut arriver qu'a une seule conclusion... C'est que le chiffre de 50.000 est probablement encore en dessous de la réalité !

Article écrit par M-Helene Verdier
Trésorière de G.E.E. -

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/

GALGOS de-ci, de-là...

Besoin d'une information ?

Tél. : 09.54.39.84.36.

Mob. : 06.11.80.35.14.

Accès aux articles